Table ronde – 3 mai 2018 – Pour en finir avec l’idéologie de Mai 68 !


Le 3 mai dernier s’est tenu une table-ronde, organisée par les Jeunes PCD, consacrée à la compréhension de l’idéologie de Mai 68.

Quatre intervenants étaient réunis à cette occasion : Guillaume Bernard historien, politologue et maître de conférences à l’ICES; Martial Bild, journaliste en politique et président de TV liberté; Jean De Rouen, philosophe, spécialiste de la Doctrine Sociale de l’Eglise; et enfin Paul-Etienne Kauffman, juriste et docteur en droit parlementaire.

Pendant plus de deux heures, les intervenants ont mis en avant la terrible logique de Mai 68 qui peut se résumer comme celle d’une logique libertaire et dont les protagonistes majeurs sont bien évidemment les étudiants, qui ont revendiqué un droit suprême à la Liberté. L’enjeu pour eux était de se détacher de la culture, de l’histoire et de la religion pour devenir pleinement libres.

Nous sommes aussi revenu sur la question du terreau sur lequel Mai 68 a germé et sur ses revendications que nous connaissions bien, mais nous avons surtout cherché à voir comment sortir de ce raisonnement individualiste et libertaire. En effet, il est important de sortir de cette logique car en voulant rendre l’individu plus libre, elle isole en réalité la personne.

Notre Nation n’a pas besoin d’individus mais elle a besoin de personnes qui se rejoignent dans un Commun. Ce Commun doit être notre histoire, notre tradition mais aussi notre culture et donc notre manière de penser. L’enjeu est donc de retrouver une cohésion nationale en retrouvant ce Commun. En France enfin se pose la question de la légitimité de la droite, et plus particulièrement de la droite sociale, qui doit réussir à incarner cette souveraineté, et cette volonté de défendre le plus faible.

La conclusion que nous pouvons tirer de cet échange est que malgré les idéologies du passé, il faut se battre pour transmettre à nos enfants une société fondée sur le service du bien commun, c’est-à-dire une société où règne une justice et la volonté d’agir en vue du bien. Pour cela il faut rétablir l’ordre naturel à tous les niveaux de la société là où Mai 68 a avant tout détaché l’homme de la Nature et à donc détaché l’homme de son humanité.

La droite sociale aurait-elle la vocation d’incarner ce mouvement politique pour la France ?