L’identité européenne selon Macron : sommes-nous chrétiens ?


Lors de son fameux discours des Bernardins, le Président Macron avait sous-entendu que pour lui la question de l’identité européenne était chose claire. « Je sais que l’on a débattu comme du sexe des anges des racines chrétiennes de l’Europe. Et que cette dénomination a été écartée par les parlementaires européens. Mais après tout, l’évidence historique se passe parfois de tels symboles. »[1]Cette précieuse assertion nous avait laissés perplexes. D’un côté, nous étions heureux que Macron reconnaisse que l’Europe est chrétienne dans ses fondements et dans son projet. Mais d’un autre côté, rien ne nous dispense de rappeler les évidences, notamment en cette époque délibérément ignare. Tout du moins, grâce à ses mots, Macron nous signalait qu’il était conscient de cette réalité.

Oui, les racines chrétiennes sont une évidence ! Le christianisme, parfaitement uni en Europe jusqu’au schisme de 1054, a été la force motrice de notre continent et lui a donné sa spécificité. Seul le christianisme a pu réaliser l’intelligente synthèse pérenne de la sagesse grecque et du droit romain. Jérusalem, l’Aréopage et Rome forment notre héritage commun. Au lendemain de la seconde guerre mondiale –causée par des idéologies athées– il fallut faire appel aux valeurs chrétiennes pour inviter les nations à la paix et à la réconciliation. Les fondateurs de l’UE partageaient clairement un projet chrétien. Pour preuves, Robert Schuman est en cours de procès de béatification[2]et le drapeau bleu orné de douze étoiles fait explicitement référence à la Vierge Marie conformément à la vision de l’Apocalypse (cf. 12,1). Cette référence est si évidente que les députés France Insoumise ont récemment voulu interdire le drapeau européen dans l’Hémicycle au nom de la laïcité[3].

En réalité, en inspectant les anciens discours de notre Président, nous pouvons voir qu’à ses yeux l’identité chrétienne de l’Europe n’est pas si essentielle. Devant les gouvernements Bosniaque, Kosovar et Albanais, Macron parlait déjà d’une « perspective d’élargissement »[4]de l’UE (Déclaration de Trieste, le 12 juillet 2017). Or, ces trois jeunes pays des Balkans sont majoritairement musulmans. Ils sont nés sur fond de conflit inter-religieux et les antagonismes ethnico-religieux restent forts bien que larvés.

Quelques mois plus tard, à l’occasion de son grand discours sur l’Europe à la Sorbonne le 26 septembre 2017, Macron précisait le but de cette potentielle intégration des Balkans : « Lorsqu’ils respecteront pleinement l’acquis et les exigences démocratiques, [l’UE] devra s’ouvrir aux pays des Balkans. Car notre Union reste attractive et son aura est un facteur essentiel de paix et de stabilité sur notre continent. Ils devront respecter les conditions prévues, mais les arrimer à l’Union européenne ainsi repensée, c’est une condition pour qu’ils ne tournent pas le dos à l’Europe pour aller ou vers la Russie, ou vers la Turquie, ou vers des puissances autoritaires qui ne défendent pas aujourd’hui nos valeurs. »[5]En revanche, concernant l’évidence chrétienne de l’Europe, Macron ne souffle mot malgré ses trois quarts d’heure de discours. À peine évoque-t-il Robert de Sorbon comme père de l’idée européenne, tout en cachant soigneusement ses titres ecclésiastiques. Selon notre Président, l’Europe est surtout une pensée et ses valeurs fondamentales sont le marché unique, l’État de droit et la démocratie. Dans sa bouche, l’Europe semble être avant tout un enthousiasme conquérant pour la collégialité en dépit des différences. En définitive, pour Emmanuel Macron il faut apparemment se renier pour croître et croître pour survivre.

[1]http://www.elysee.fr/declarations/article/transcription-du-discours-du-president-de-la-republique-devant-les-eveques-de-france/

[2]https://eglise.catholique.fr/approfondir-sa-foi/temoigner/temoins/372498-robert-schuman-1886-1963/

[3]Voir aussi la phrase de M. Mélenchon : « C’est la république française ici, c’est pas… la Vierge Marie. » cf. https://twitter.com/LCP/status/877219501783175168

[4]http://www.elysee.fr/declarations/article/declaration-d-emmanuel-macron-le-mercredi-12-juillet-2017-lors-du-sommet-des-balkans-occidentaux-a-trieste/

[5]http://www.elysee.fr/declarations/article/initiative-pour-l-europe-discours-d-emmanuel-macron-pour-une-europe-souveraine-unie-democratique/